Les " centristes ", palme d'or de l'incivilité Un comportement dangereux parfois lourd de conséquences ...

Un comportement dangereux

" Les centristes, palme d'or de l'incivilité ".

Telle est la conclusion d'une enquête menée en 2017 par l'Institut VIAS sur l'agressivité et les comportements irritants dans la circulation.

Cette conclusion est d'ailleurs reprise en guise d'introduction des travaux parlementaires d'une loi du 08/05/2019 traitant spécifiquement du fait de ne pas se rabattre à droite après un dépassement.

Selon ce sondage relativement récent, la circulation sur la bande du milieu d'une auroute sans se rabattre constitue le comportement qui irrite le plus les usagers.

Ce comportement est source d'une dangerosité très importante, particulièrement aux heures de pointe, dans la mesure où il rend la circulation compliquée.

Face aux conducteurs " centristes", les autres conducteurs sont légalement contraints de dépasser par la gauche, avec pour conséquence une neutralisation des trois bandes.

Dans d'autres cas, certains conducteurs sont tentés d'effectuer un dépassement par la droite, ce qui constitue une manoeuvre tout aussi dangereuse et interdite.

Dans des cas extrêmes déjà constatés, les esprits s'échauffent et les conducteurs se livrent à une course poursuite aux conséquences parfois dramatiques.

Ce comportement dangereux est également constaté sur une voirie à deux bandes lorsqu'un usager monopolise sans raison la bande de gauche alors que la bande de droite est totalement libre.

Un comportement interdit par la loi

Le Code de la route, en son article 9.3.1, dispose ce qui suit :

" Tout conducteur circulant sur la chaussée, doit se tenir le plus près possible du bord droit de celle-ci, sauf sur les places ou s'il s'agit de se conformer aux indications des signaux F13 et F15. Le conducteur qui s'est conformé aux indications des signaux F13 et F15 doit reprendre sa place à droite dès que les circonstances le permettent ".

Les signaux F13 et F15 sont ceux qui annoncent des flèches sur la chaussée et prescrivent le choix d'une bande de circulation (F13) ou qui prescrivent ce choix (F15).

Sauf exception prévue par la loi, tout usager de la route doit se tenir le plus près possible du bord droit de la chaussée.

Le terme " conducteur " est défini par le Code de la route comme " toute personne qui assure la direction d'un véhicule [soit tout moyen de transport par terre, ainsi que tout matériel mobile agricole ou industriel] ou qui guide ou garde des annimaux de trait, de charge, de monture ou des bestiaux ".

Cette obligation légale n'est donc pas limitée aux seuls automobilistes ou conducteurs de véhicules automoteurs.

Une sanction pénale relativement peu convaincante

Contrairement à ce que l'on peut lire, ci et là, sur le net, l'infraction à l'article 9.3.1 du Code de la route constitue actuellement une infraction du premier degré sanctionnée par une amende de 58 EUR en perception immédiate.

C'est en réalité le fait de ne pas reprendre sa place à droite après avoir dépassé que la loi du 08/05/2019 a érigé en infraction du second degré sanctionnée par une amende de 116 EUR en perception immédiate. Par ailleurs, en cas de poursuites devant le tribunal de police, le juge peut prononcer une déchéance du droit de conduire (déchéance facultative).

Autrement dit, le fait de ne pas circuler le plus près du bord droit de la chaussée constitue actuellement une infraction moins sanctionnée que le fait de ne pas circuler le plus près du bord droit de la chaussée après avoir dépassé ...

Il y a là clairement une incohérence dans la loi et on ne peut qu'espérer que cette incohérence soit rapidement réparée dans la mesure où l'on considère qu'une infraction du second degré met indirectement en danger la sécurité des personnes, ce qui apparaît clairement le cas des deux infractions précitées.

Il est toutefois permis de s'interroger sur cette apparente incohérence car celui qui occupe la bande centrale a dû, en principe, effectuer initialement un dépassement pour s'y trouver. Cependant, pareil raisonnement ne tient pas compte du fait que certains usagers positionnement leurs véhicules sur la bande du milieu sans effectuer de dépassement au motif, selon eux, que la bande de droite serait " réservée aux camions ", ce qui est rigoureusement inexact.

Une infraction malheureusement difficile à poursuivre

Si le comportement de personnes qui circulent sur autoroute sur la bande du milieu sans se rabattre est régulièrement observé, force est cependant de constater qu'il est encore peu poursuivi.

Et pour cause, les moyens donnés aux services de police et à la justice ne permettent pas de constater aisément ce type d'infractions.

Il n'en demeure pas moins que les constatations des agents qualifiés en matière de circulation routière reçoivent une force probante légale et font foi jusqu'à preuve du contraire. Un conducteur " centriste " pourrait donc avoir l' "heureuse " surprise de recevoir un PV l'invitant à s'acquitter d'une amende ou être condamné à une déchéance du droit de conduire par un tribunal de police.

Dans la pratique, que faire en présence d'un centriste ?

Il faut toutefois reconnaître qu'en l'état actuel des choses, les infractions précitées font l'objet d'assez rares constatations et poursuites.

Confronté à un conducteur centriste ne peut s'autoriser à rendre lui-même la justice.

Un dépassement par la droite est tout aussi dangereux, interdit et sanctionné pénalement, d'autant qu'en cas d'accident, la responsabilité de celui qui a dépassé par la droite pourrait être engagée, même partiellement.

Le bon comportement consiste, même à contrecoeur, à dépasser par la gauche lorsque c'est possible, à poursuivre ce dépassement jusqu'au retour sur la bande du milieu puis sur la bande de droite, le tout conformément aux obligations prescrites par le Code de la route, et donc, notamment, sans " queue de poisson".

En conclusion, le mauvais comportement de l'un ne doit pas inciter l'autre à ne pas respecter les dispositions du Code de la route qui, pour mémoire, constituent, avant tout, des règles de sécurité pour tous.

Nous répondons à vos questions

Besoin d’un renseignement supplémentaire sur nos services ? Contactez-nous par téléphone ou via le formulaire en ligne.

Les avis de nos clients

5/5
(4 avis)

Les évaluations sont gérées par les outils E-net Business

Certification e-net

Premier rendez-vous, très satisfaisant, ob... voir plus Premier rendez-vous, très satisfaisant, obtenu rapidement. Maître Evrard n'a laissé aucune de mes questions sans réponse en se montrant clair, précis et factuel. À recommander ! voir moins

Ph h

5/5

Bonjour, je suis Mr. Carlier, j'ai contact... voir plus Bonjour, je suis Mr. Carlier, j'ai contacté maître Evrard suite à un excès de vitesse au de la de 40km/h de la limite de 120km/h. je l'ai contacté le matin et une heure plus tard il m'a rappelé, il a pris le temps d'écouter mon cas particulier et m'a donné de très bons conseils que je vais suivre, en fonction de la réalité de la justice belge. Il était très gentil et très pro, une combinaison rare.son service était totalement gratuit, bien entendu, il a la protection juridique de l'assurance qui peut intervenir en cas de procédure ou il faut faire appel a lui. je recommande a 100%, contrairement a 2 autres endroits où j'avais appelé juste avant et qui m'ont conseillé de prendre un rdv payant... voir moins

Mr Carlier

5/5

1er contact très rassurant et à répondu à ... voir plus 1er contact très rassurant et à répondu à toute mes questions.repond rapidement aux mails Un avocat qui connait très bien tout ce qui touche les accidents routier. Je n hesiterais pas a le rappeler et le recommande a 100% voir moins

NAT NORA

5/5

Très bon suivi du dossier et connaissance ... voir plus Très bon suivi du dossier et connaissance parfaite de la procédure. voir moins

Ludovic C

5/5

Un service de qualité

Un avocat à votre écoute

Nous nous chargeons des démarches

Conseils sur mesure